dimanche 7 mars 2010

Nouvelle percée de l'extrême droite aux Pays-Bas


Le Parti pour la liberté du député Geert Wilders est arrivée en tête mercredi à Almere et deuxième à la Haye, dans les deux seules villes où il se présentait aux municipales.

Le scrutin avait valeur de test à trois mois des élections législatives anticipées. Il est plutôt réussi pour le député d'extrême droite Geert Wilders. Mercredi, son mouvement, le Parti pour la liberté (PVV), est arrivé en tête aux élections municipales à Almere et deuxième à La Haye, selon des résultats partiels publiés jeudi. En baisse par rapport à 2006 (58,56%), le taux de participation a atteint 56%, selon une estimation de l'institut Synovate.

Le PVV, qui se présentait dans ces deux villes seulement, participait pour la première fois à des élections locales depuis sa création en 2006. Le parti de Geert Wilders a ainsi obtenu 21,6% des suffrages à Almere, une ville dortoir de 187.000 habitants située à l'est d'Amsterdam. «Ce qui est possible à La Haye et Almere est possible dans tout le pays. C'est un tremplin pour notre victoire», s'est réjoui le député, dont le parti totalise 9 sièges sur un total de 39 à Almere.

Le PVV, qui affirme vouloir «lutter contre l'islamisation des Pays-Bas», y devance ainsi le parti travailliste (PvdA). Ce dernier, qui était arrivé en tête aux précédentes élections municipales en 2006, obtient 17,6% des votes soit sept sièges, selon les résultats de 96 des 98 bureaux de vote de la commune.

L'extrême droite déjà bien présente aux européennes de 2009
A La Haye, siège du gouvernement, le parti de Geert Wilders a décroché la deuxième place, derrière le premier parti, le PvdA. Le PVV détient désormais 8 sièges de conseillers municipaux, contre 10 pour le PvdA.

Mais le parti travailliste n'est pas le seul à devoir se méfier de cette montée en puissance de l'extrême droite. Dans les sondages, le Parti de la liberté devance ou talonne également le parti chrétien-démocrate (CDA), principal parti de la coalition de centre-gauche. Ce dernier avait démissionné le 20 février, victime de ses dissensions sur une éventuelle prolongation de la mission des Pays-Bas en Afghanistan, souhaitée par l'Otan.

Le PVV n'en est pas à sa première percée. Déjà aux élections européennes de juin 2009, le parti de Geert Wilders avait obtenu 16,7% des voix, arrivant ainsi deuxième derrière le CDA. Il avait alors fait son entrée au parlement européen. Il détient également 9 sièges de députés sur 150 à la chambre basse du parlement néerlandais.

Selon un sondage réalisé mercredi à la sortie des urnes par l'institut Synovate, si le scrutin avait été une élection législative, le PVV arriverait en troisième position, avec 24 sièges, contre 9 actuellement. Le CDA de l'ancien premier ministre Jan Peter Balkenende resterait le premier parti avec 29 sièges de députés, mais il en perdrait 12. Il continuerait de devancer le parti travailliste qui obtiendrait 27 sièges contre 33 actuellement.

Source: lefigaro.fr

Aucun commentaire: