samedi 27 février 2010

Craintes d'un tsunami après un séisme au Chili





Un violent séisme d'une magnitude de 8,8 sur l'échelle de Richter a frappé le centre du Chili, dans la matinée du samedi 27 février, tuant au moins 147 personnes et privant la plupart du pays d'électricité. La secousse, la plus importante enregistrée dans la région en près de 50 ans, a eu lieu à 3 h 34 locales (7 h 34 à Paris) au nord de la ville de Concepcion, la plus touchée par le séisme. Une trentaine de répliques ont été signalées depuis, la plus importante d'une magnitude de 6,9 au large des côtes.

Le séisme a été ressenti jusqu'à la capitale à Santiago, où des dégâts matériels ont été recensés, et dans plusieurs pays d'Amérique latine. L'aéroport international a été fermé pour au moins 24 heures. Mais c'est bien à Concepcion et dans toute la région méridionale de Maule où les dégâts sont les plus importants. Des bâtiments et des autoroutes se sont écroulés et d'autres infrastructures ont pris feu. Les médias chiliens rapportent qu'un immeuble de 15 étages s'est effondré comme un château de cartes. A Talca, le centre historique de la ville a été presque entièrement détruit.

Le dernier bilan en date a été rapporté par le président élu, Sebastian Pinera, dont les services travaillent avec l'actuelle présidente, Michèle Bachelet. Les autorités chiliennes annoncent que le bilan ne devrait plus s'alourdir considérablement, mais qu'au moins trois jours seront nécessaires pour recenser tous les dégâts matériels. Le gouvernement chilien a décrété l'état d'urgence et appelé la population à demeurer dans ses foyers.

UN TSUNAMI DE "FAIBLE AMPLEUR" EN POLYNÉSIE FRANÇAISE

L'épicentre a été enregistré à 39 km de profondeur, selon l'Institut américain de recherche géologique (USGS). Une alerte au tsunami a été émise par le Centre de surveillance des tsunamis dans le Pacifique pour l'ensemble des pays de la zone. La vague, qualifiée "d'importante" par les autorités chiliennes, a d'abord touché l'archipel de îles Juan Fernandez, puis l'île de Pâques, à 3 500 km à l'ouest des côtes chilienne, où une partie de la population a été évacuée.

Les îles des Gambier, en Polynésie française, ont été ensuite touchées par un tsunami de "faible ampleur" en fin d'après-midi. Aucun dégât humain ou matériel n'est à déplorer. M. Sardina estime que la vague touchera Hawaï à 11 heures du matin, heure locale (20 heures, heure de Paris). Sur place, les sirènes alertant la population ont commencé à retentir et l'archipel a été placé en état d'alerte. Des météorologues américains s'attendent aux vagues les plus importantes dans l'archipel depuis 1964.

La Météo nationale américaine annonçait, samedi après-midi, que l'ensemble de l'océan Pacifique était traversé par des vagues plus ou moins importantes. "Le Chili a probablement déjà essuyé le plus fort du tsunami. De sorte que le pire s'est déjà produit au Chili, a déclaré Victoir Sardina, géophysicien au centre d'alerte cité par Reuters. Nous avons signalé une hauteur de 2,5 mètres dans certains endroits. Et il est très possible que se soit davantage dans d'autres endroits". Pour le reste des pays concernés, M. Sardina est sans détour. "Nous savons qu'il arrive", a-t-il à propos du tsunami.


Les pays concernés par l'alerte au tsunami
Sont concernés par l'alerte émise par le Centre de surveillance des tsunamis dans le Pacifique : l'ensemble des pays d'Amérique centrale, la Polynésie française, la Colombie, l'Antarctique, ainsi que Hawaï, les Philippines, l'Indonésie, la Russie et le Japon.

Aucun commentaire: