lundi 22 juin 2009

À Perpignan, l'UMP Jean-Paul Alduy en tête du premier tour

À Perpignan, l'UMP Jean-Paul Alduy en tête du premier tour
Claude Belmont
21/06/2009

Invalidé, le maire sortant est arrivé en tête du premier tour dimanche soir avec 40% des voix. Mais la gauche est en progression sur la ville.

De notre envoyé spécial à Perpignan (Pyrénées-Orientales)

LE SÉNATEUR UMP Jean-Paul Alduy est arrivé en tête hier de la municipale partielle organisée dimanche à Perpignan. Son élection, en mars 2008, avec seulement 574 voix d'avance avait été annulée par le Conseil d'État en raison de fraudes, notamment dans le bureau numéro 4 où des bulletins avaient été découverts dans la chaussette du président du bureau de vote.

Selon les premiers résultats connus en tout début de soirée, le maire sortant de la ville arriverait en tête. Sur les 4 000 premiers bulletins dépouillés, Jean-Paul Alduy a obtenu environ 41 % des voix. Il devancerait ainsi largement sa principale adversaire, la socialiste Jacqueline Amiel-Donat, qui a rassemblé une partie de la gauche (PS, PSC, PRG, MRC, CDC…) et qui, sur les mêmes premiers bureaux dépouillés, a obtenu 25 % des voix. C'est elle qui avait conduit l'affaire de la chaussette devant la justice administrative. Toujours selon les premiers résultats, le DVG et ancien socialiste Jean Codognès arriverait en troisième position avec environ 15 % des suffrages. Jean Codognès était associé dans ce premier tour au MoDem de Clotilde Ripoull et aux Verts de Katia Mingo.

Bonne participation

Le divers droite François Rivière, qui faisait son entrée dans la vie politique perpignanaise, pourrait pointer en quatrième position. Surtout, la liste du Front national aurait obtenu moins de 10 % des voix, manquant ainsi la qualification pour le second tour. Cette absence du FN pourrait faire les affaires de Jean-Paul Alduy au second tour, dimanche prochain.

Hier soir, Alduy, détendu au moment de la fermeture des bureaux de vote, se refusait à tout commentaire avant de connaître les résultats définitifs. Dans l'emblématique bureau numéro 4 qui avait cristallisé les difficultés en mars 2008, Jean-Paul Alduy était largement en tête (37 %) devant Amiel-Donat (28 %) sur les premiers bulletins dépouillés. Si les résultats définitifs devaient confirmer cette première tendance, la gauche et le centre gauche, les Verts et le MoDem seraient contraints de se rassembler pour tenter de battre Jean-Paul Alduy qui, en 2008, avait totalisé 38,88 % des suffrages au premier tour contre 20,16 % au PS et 15,12 % au DVG Jean Codognès.

Dimanche, le taux de participation, à 53,75 %, était en retrait de 2 points par rapport à 2008, soit une mobilisation correcte pour une élection municipale partielle.

Aucun commentaire: