mardi 30 juin 2009

Italie : au moins 12 morts dans l'explosion de wagons de gaz


Un transport de marchandises comportant des citernes de gaz a déraillé dans le nord du pays, provoquant une énorme explosion, un incendie et l'effondrement de plusieurs immeubles. Le bilan, encore provisoire, est de 50 blessés, dont 16 graves.

Un «enfer de flammes» s'est déchaîné cette nuit sur la petite ville de Viareggio, dans le nord de l'Italie. Un train de marchandises a déraillé peu après minuit, alors qu'il arrivait près de la gare de cette ville de 50.000 habitants située près de Lucques, sur la côte Ligure, dans le nord du pays. Reliant La Spezia et Pise, ce train transportait plusieurs wagons remplis de GPL, un gaz naturel liquéfié composé de 50% de butane et 50% de propane.


Selon le chef des pompiers, «un wagon s'est couché sur la voie et du gaz s'est répandu dans les habitations les plus proches avant qu'il n'explose». Selon un bilan encore provisoire, on compte pas moins de 12 morts et 16 blessés graves, selon le dernier bilan. Un précédent pointage faisait état de 13 morts et 50 blessés, 35 gravement ou très gravement brûlés, parfois sur 90% de leur corps selon le site du quotidien La Repubblica.

Un pompier refroidit à la lance à eau une citerne de gaz.
Un pompier refroidit à la lance à eau une citerne de gaz. Crédits photo : AP

L'explosion des wagons a fait s'effondrer une dizaine de petits immeubles situés à proximité, tuant sept de leurs occupants, dont un enfant. Un immeuble abritant 18 personnes s'est écroulé. Plusieurs habitants ont survécu, mais il pourrait y avoir encore des victimes coinçées sous les décombres, selon les pompiers. Un enfant a ainsi pu être dégagé dans la nuit. Quant aux victimes, «l'état des corps est tel qu'il sera difficile de les identifier», selon un porte-parole de la ville voisine de Lucca.

«Corps carbonisés»

Deux autres personnes qui circulaient le long de la voie de chemin de fer ont été happées par le déraillement des 14 wagons du train, ainsi qu'un jeune homme circulant en scooter, décédé à l'hôpital des suite de ses blessures.

Sur les médias italiens, les riverains décrivent des scènes d'horreur. «J'ai vu une femme hurler à l'aide, le corps recouvert de flammes», raconte un témoin sur le site de la Stampa. «J'ai entendu une explosion et je suis sorti dans la rue avec d'autres. Nous avons trouvé les flammes en face de nous et, malheureusement, un corps carbonisé sur le terrain. C'était terrible, raconte un autre».

Les wagons de GPL ont heurté plusieurs maisons avant d'exploser, provoquant un vaste incendie, que plus de 300 pompiers venus de toute la région ont pu circonscrire mardi matin. Ils craignent cependant toujours que d'autres wagons de GPL ne viennent à exploser. Des équipes spécialisées dans les matières dangereuses ont été envoyées sur place.

Samuel Laurent (lefigaro.fr) avec agence

1 commentaire:

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.